cerner


cerner

cerner [ sɛrne ] v. tr. <conjug. : 1>
XIIe; lat. circinare, de circinus cerne
1Entourer comme d'un cerne. encercler, envelopper. « L'horizon qui cerne cette plaine, c'est celui qui cerne toute vie » (Barrès).
2Par ext. (1798) Entourer par des troupes. encercler; assiéger, bloquer, investir. Cerner une patrouille. La ville est cernée par les blindés. Entourer, envelopper de façon menaçante. La foule les cernait de toutes parts.
3(fin XIXe) Entourer le contour de (une figure) par un trait. Cerner une figure d'un trait bleu.
4Fig. Délimiter en définissant. circonscrire. Cerner le problème, les difficultés.

cerner verbe transitif (latin circinare, former un cercle) Faire un cercle autour de quelque chose, l'entourer de toutes parts : Cerner une ville. Marquer le contour de quelque chose d'un trait, l'entourer d'un cercle qui tranche sur le fond : Peintre qui cerne ses figures d'un trait noir. Entourer un lieu, un groupe de toutes parts pour empêcher les personnes qui s'y trouvent de s'enfuir ; encercler. Saisir l'étendue exacte d'une question, en dégager les points principaux. Séparer une noix de sa coque. Enlever un anneau d'écorce sur le tronc d'un arbre en vue de le faire sécher sur pied. ● cerner (homonymes) verbe transitif (latin circinare, former un cercle)cerner (synonymes) verbe transitif (latin circinare, former un cercle) Marquer le contour de quelque chose d'un trait, l'entourer d'un cercle...
Synonymes :
Entourer un lieu, un groupe de toutes parts pour empêcher...
Synonymes :
- assiéger
Saisir l'étendue exacte d'une question, en dégager les points principaux.
Synonymes :
- assiéger
- délimiter

cerner
v. tr.
d1./d Faire comme un cerne autour de; souligner en entourant.
|| Entourer d'un trait (un dessin).
d2./d Par ext. Entourer, investir (un lieu) en le coupant de toute communication avec l'extérieur. Cerner une place forte.
(Personnes) Nous sommes cernés!
d3./d Fig. Cerner une question, préciser ses limites, l'appréhender.

⇒CERNER, verbe trans.
A.— ARBORICULTURE
1. ,,Creuser un fossé autour d'un arbre, soit pour l'arracher avec ses racines, soit pour substituer de la bonne terre à celle que l'on a enlevée`` (FÉN. 1970).
2. ,,Pratiquer une incision autour d'un tronc ou d'une branche en enlevant l'écorce pour arrêter la sève descendante et favoriser la formation des fruits ou bien entraîner la mort de l'arbre`` (FÉN. 1970). Cerner l'écorce (d'un arbre) (cf. CRÈVECŒUR, Voyage dans la Haute Pensylvanie, t. 3, 1801, p. 135).
B.— Entourer.
1. [Le suj. désigne une chose] Nous passerons ce soir par le pont et la voûte Et ce fossé profond qui cerne le rempart (PÉGUY, La Tapisserie de Notre-Dame, 1913, p. 683) :
1. L'ombre cernait des visages bouffis et pâles et entourait, d'un halo touffu, les lampes qui brûlaient encore.
F. CARCO, Jésus-la-Caille, 1914, p. 75.
P. métaph. L'aura qui cerne les hautes naissances historiques se lit (...) pour nous d'abord dans les prunelles prédestinées des femmes (GRACQ, Le Rivage des Syrtes, 1951, p. 313).
Spéc., à la forme passive ou pronom. [En parlant des yeux; le compl. d'agent désigne souvent une certaine teinte] Yeux cernés de noir. Yeux cernés par une teinte bleuâtre (MÉRIMÉE, Arsène Guillot, 1847, p. 86). Yeux cernés de larges cercles de bistre (T. GAUTIER, Guide de l'amateur au Musée du Louvre, 1872, p. 101).
Se cerner. Devenir cerné. Jacques maigrissait déjà, ses beaux yeux bleus se cernaient (BALZAC, Le Lys dans la vallée, 1836, p. 139).
2. [Le suj. désigne une pers. ou par personnification, les éléments naturels; l'obj. désigne une pers., un coll. ou un lieu où se tiennent des pers.] Entourer de tous côtés de manière à ôter toute communication, tout moyen de fuite ou de secours extérieur. Un cordon de troupes cernant la ville et ne laissant entrer ni sortir personne (CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 4, 1848, p. 62).
[L'obj. désigne un animal] Un vieux sanglier qu'on n'arrivait pas à cerner dans sa bauge (MOSELLY, Terres lorraines, 1907, p. 64).
P. métaph. Le public intervient, avec ses mœurs, sa vision du monde (...) il cerne l'écrivain, il l'investit (SARTRE, Situations II, 1948, p. 125) :
2. Il ne paraissait pas vraisemblable que Mademoiselle Grandet voulût se marier durant son deuil. Sa piété vraie était connue. Aussi la famille Cruchot, dont la politique était sagement dirigée par le vieil abbé, se contenta-t-elle de cerner l'héritière en l'entourant des soins les plus affectueux.
BALZAC, Eugénie Grandet, 1834, p. 228.
C.— B.-A. et PEINT. Marquer, souligner (le contour d'un dessin ou d'une peinture). Ce visage [du portrait de Dürer], que le trait cerne douloureusement (DU BOS, Journal, 1924, p. 216). Son profil (...) cerné par le plomb d'un vitrail (COPPÉE, La Bonne souffrance, 1898, p. 99) :
3. Vous avez remarqué que la plupart des peintres cernent les objets (...) d'un contour arrêté, quelquefois même d'un trait noir...
TOULET, Notes sur l'art, 1920, p. 47.
Emploi pronom. Se cerner. Être cerné, marqué. Les contours (...) ne se cernent pas et ne s'arrêtent pas durement (T. GAUTIER, Guide de l'amateur au Musée du Louvre, 1872, p. 53).
P. anal. [En parlant d'un visage qu'on maquille, d'un obj. quelconque] Celle-ci [la neige] depuis trois jours (...) cernait d'un liseré blanc les branches des arbres (A. ARNOUX, Paris-sur-Seine, 1939, p. 200). Un dur trait de crayon dont elle cernait le beau dessin de sa paupière (COLETTE, Le Képi, 1943, p. 18).
D.— Fig. Faire le tour de (quelque chose ou quelqu'un).
1. [Par les yeux et l'esprit; l'obj. désigne une pers., ses traits, sa nature] Observer, étudier :
4. Je cernais chaque détail de ses traits, j'observais son âge — quarante ans passés sans doute — l'expression d'énergie si manifeste, et, dans les plis de la bouche, une sorte d'amertume et de fierté qui frappait.
DANIEL-ROPS, Mort, où est ta victoire?, 1934, p. 358.
2. [Par l'esprit; l'obj. désigne une chose abstr. ou une réalité considérée abstraitement, qui passe pour difficile à saisir] Approcher en vue d'une saisie précise :
5. ... ses mensonges [au prévenu], autant que les documents exacts qu'on a par ailleurs sur son crime, aident à cerner la vérité, permettent d'approcher son âme.
BARRÈS, Les Déracinés, 1897, p. 470.
6. La compréhension, la connaissance de l'œuvre d'art ne percent pas son mystère, mais elles le cernent avec précision. Elles le définissent, au sens propre, en fixant la limite où il commence.
HUYGHE, Dialogue avec le visible, 1955, p. 439.
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. masc. cernage (cf. MALRAUX, Les Voix du silence, 1951, p. 170). [Dans le domaine de la peint.] Fait de cerner, d'entourer d'un cerne (cf. SARTRE, Situation II, 1948, p. 125).
Prononc. et Orth. :[], (je) cerne []. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1er tiers du XIIIe s. « entourer » (La Petite Philosophie, éd. P. Meyer ds B. de la Société des Anc. Textes Fr., Paris, 1880, p. 53); 2. 1273 « creuser un fossé autour d'un arbre » (Establissements de Saint Louis, I, 26 ds GDF. Compl. : les arbres cerner); av. 1328 « détacher par une incision circulaire » (Ovide moralisé, Commentaire, éd. C. De Boer, Amsterdam, 1915-36, t. 4, 6544); 1403 cerner des noix (Chr. de PISAN, Le dit de la pastoure, v. 271-274 ds Œuvres poétiques de Chr. de Pisan, éd. M. Roy, t. 2, pp. 231-232); 3. 1694 part. passé et adj. les yeux cernés (Ac.); 4. 1798 milit. (Ac.); 5. 1867 chir. cerner une tumeur (Lar. 19e); 6. 1858 arts graph. (Th. GAUTIER, Le Roman de la Momie, 31 ds IGLF : toutes ces figurations, cernées d'un trait creusé dans le calcaire et bariolées des couleurs les plus vives, avaient cette vie immobile [...] de l'art égyptien); 1863 part. passé fém. substantivé (E. et J. DE GONCOURT, Journal, t. 1, p. 960 : c'est tout à fait la cernée de Decamps, que celle de la maison, de l'arbre, de la porte!); 1922 part. passé masc. substantivé, céramique (Lar. univ.). Du lat. class. circinare « parcourir en formant un cercle, arrondir », dér. de circinus (cerne). Fréq. abs. littér. :276. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 259, b) 165; XXe s. : a) 317, b) 667. Bbg. GOUG. Mots t. 2, 1966, p. 81. — MONNOT (R.). Le Noyer. Vie Lang. 1963, pp. 383-386. — SAIN. Sources t. 1, 1972 [1925], p. 150.

cerner [sɛʀne] v. tr.
ÉTYM. XIIe; de cerne.
———
I
1 (Sujet n. de chose). Entourer en formant une zone circulaire distincte (cerne). Encercler, envelopper.
1 L'horizon qui cerne cette plaine, c'est celui qui cerne toute vie; il donne une place d'honneur à notre soif d'infini, en même temps qu'il nous rappelle nos limites.
Barrès, la Colline inspirée, II, p. 10.
2 Le feu du rasoir cernait ses lèvres épaisses.
F. Mauriac, le Mal, IX, p. 141.
(1858). Dessin, peint. (Sujet n. de personne). Entourer, souligner le contour d'une figure par un trait. || Cerner une figure d'un trait bleu.(Sujet n. de ce qui entoure). || Les traits qui cernent une figure.
Fig. Délimiter nettement.
3 Autant le gros Jourdain est étoffé par la vie, autant le sec Figaro est précisé, limité, cerné par un dessin de la littérature.
A. Thibaudet, Gustave Flaubert, p. 201.
2 Spécialt. (Sujet n. de chose; le compl. désigne les yeux). Entourer d'un cerne. || La fatigue cerne ses yeux.Pron. réfl. Devenir cerné. || Yeux qui se cernent.
3 (1328). Techn. (arbor.). Enlever une bandelette circulaire, par une incision. || Cerner un arbre (→ Bois, cit. 33).
(1403). || Cerner des noix : faire des cerneaux. || « Demi-couteaux dont les petits enfants cernent les noix » (Rabelais, I, 27).
———
II
1 a Entourer (qqn; un lieu, et, en particulier, un objectif militaire) pour s'en rendre maître, le réduire par la force. || Plusieurs membres du service d'ordre ont rapidement cerné le perturbateur. || Cerner une ville fortifiée. Assiéger, bloquer, investir. || Les blindés cernèrent le nid de mitrailleuses.
b (Sujet n. de chose susceptible de mouvement : fluide, eau en particulier, etc.). Entourer en interdisant tout déplacement en dehors d'une aire précisément circonscrite. || La marée a cerné les promeneurs imprudents sur un banc de sable.
2 Fig. || Cerner qqn. Obséder.(Sujet n. de chose). || Les soucis le cernent de toutes parts, l'assaillent, l'accablent.
4 Il (ce malaise) nous cerne de menaces confuses.
Cocteau, la Difficulté d'être, p. 259.
——————
cerné, ée p. p. adj.
1 Entouré d'un cerne. || Avoir les yeux cernés.
2 a Entouré et contenu par la force. || Troupes cernées. || Fuyard cerné.
b Entouré par qqch. qui interdit tout déplacement. || Riverains de la Garonne cernés par la crue.
DÉR. Cerneau, cernure.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cerner — Corporation Type Public Traded as NASDAQ: CERN NASDAQ 100 Component …   Wikipedia

  • cerner — CERNER. v. a. Faire un cerne autour de quelque chose. Cerner l écorce d un arbre. f♛/b] On dit, Cerner une place, cerner un corps de troupes, pour dire, Leur ôter toute communication, tout moyen de secours extérieur. [b]f♛/b] On dit par extension …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • cerner — cerner(se) 1. ‘Cribar [algo] con el cedazo’ y, como pronominal, dicho de un ave, ‘mantenerse sobre un mismo lugar batiendo las alas’ y, dicho de un mal, ‘amenazar de cerca’. Verbo irregular: se conjuga como entender (→ apéndice 1, n.º 31). La… …   Diccionario panhispánico de dudas

  • cerner — Cerner. v. a. Faire un cerne autour de quelque chose. Cerner l escorce d un arbre. On dit, Cerner des noix, pour dire, Tirer le cerneau hors de la coque …   Dictionnaire de l'Académie française

  • cerner — verbo transitivo 1. Separar (una persona) la parte más fina de [una cosa] con el cedazo: Hay que cerner el tomate, y separar la piel y las pepitas. Ciérnase la harina y sepárense todas las impurezas. verbo pronominal 1 …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • cerner — Cerner, c est faire un cercle, un tour, environner, tournoyer quelque chose, et vient de Circinnare par syncope de la syllabe ci, et enciser les arbres, Circuncidere, vel cingere arbores. Cerner des noix, Enucleare iuglandes …   Thresor de la langue françoyse

  • cerner — (Del lat. cernĕre, separar). 1. tr. Separar con el cedazo la harina del salvado, o cualquier otra materia reducida a polvo, de suerte que lo más grueso quede sobre la tela, y lo sutil caiga al sitio destinado para recogerlo. 2. Atalayar, observar …   Diccionario de la lengua española

  • cerner — (sèr né) v. a. 1°   Entourer comme d un cerne. •   Dejà des bois épais qui cernent les remparts La vaste profondeur cache vos étendards, VIENNET Clov. III, 10. 2°   Par extension, investir, surveiller tout autour, de manière à empêcher de fuir,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CERNER — v. a. Faire un cerne autour de quelque chose. Cerner l écorce d un arbre.   Il signifie aussi, Détacher, séparer une chose de ce qui l environne. Cerner des noix, Les séparer de leur coque pour en faire des cerneaux. Cerner un arbre au pied,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CERNER — v. tr. Entourer, investir un lieu de manière à ôter toute communication, tout moyen de secours extérieur ou de fuite à ceux qui s’y trouvent. Cerner une place de guerre. Cerner un corps de troupes. Les gendarmes cernèrent la maison où il s’était… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)